AISSATA TALL SALL « JE ME SUIS REGARDÉE DANS LE MIROIR ET J’AI VU QUE JE SUIS TOUJOURS BELLE… »


AISSATA TALL SALL « JE ME SUIS REGARDÉE DANS LE MIROIR ET J’AI VU QUE JE SUIS TOUJOURS BELLE… »

AISSATA TALL SALL « JE ME SUIS REGARDÉE DANS LE MIROIR ET J’AI VU QUE JE SUIS TOUJOURS BELLE… »

« Je ne fais de ma féminité ni un atout ni un handicap. Après avoir passé trois nuits sans dormir (à cause du rejet de son dossier par le Conseil constitutionnel), je me suis regardé dans le miroir et j’ai vu que je suis toujours belle. Je suis toujours la « lionne » que j’ai toujours été. » C’est la réaction d’Aïssata Tall Sall après le constat fait qu’aucune candidate déclarée à la présidentielle du 24 février 2019 dont elle-même, Aïda Mbodj, Amsatou Sow Sidibé, entre autres, ne participera à l’élection présidentielle du 24 février 2019.

PRÉSIDENTIELLE SANS FEMME : POUR AISSATA TALL SALL, « CE PAYS A DES RELENTS DE MISOGYNIE (Mépris) »

Invitée de ’’Jury du dimanche’’, ce 6 janvier, émission animée sur iRadio par Mamoudou Ibra Kane, elle ne préfère pas parler de « reculade » mais, souligne-t-elle, « les femmes ont un effort à faire » et il faut qu’elles « poursuivent le combat. »Il est malheureux de le constater, dit-elle, mais « ce pays (le Sénégal) a des relents de misogynie. Qu’on me dise que je suis « trop femme », j’en suis fière parce que je ne cherche pas à ressembler à un homme même si je pense que la pratique de la politique doit être asexuée », déplore-t-elle face aux pressions de divers ordres et autres railleries dont font l’objet les femmes qui s’engagent en politique.

A Propos de l'auteur



palm
palm
palm
palm