En Algérie, l’opposition rejette le processus de « transition » du régime


En Algérie, l’opposition rejette le processus de « transition » du régime

En Algérie, l’opposition rejette le processus de « transition » du régime

La nomination de Noureddine Bedoui au poste de premier ministre renforce l’image d’un pouvoir cherchant avant tout à se maintenir.

Alors que les Algériens ont commencé à descendre dans les rues pour un quatrième vendredi d’affilée, le pouvoir s’efforçait ces derniers jours de déminer le terrain. Deux jours durant, mercredi et jeudi, les deux nouveaux chefs du gouvernement, Noureddine Bedoui (premier ministre) et Ramtane Lamamra (vice-premier ministre), se sont employés à vendre la feuille de route proposée le lundi 11 mars par une lettre signée du président Abdelaziz Bouteflika.

En effet, pour le régime, il y a urgence.  Mardi et Mercredi, les professions médicales, les avocats et les magistrats manifestaient pour le « départ immédiat » d’Abdelaziz Bouteflika. Dans la capitale de l’Algérie, un cortège de personnes à mobilité réduite s’est même invité sur le front de mer.



palm
palm
palm
palm