Barth et Robert : Plainte et complainte sur un scrutin


Barth et Robert : Plainte et complainte sur un scrutin

Barth et Robert : Plainte et complainte sur un scrutin

En politique, comme ailleurs, la parole, pour avoir de la valeur, doit être chevillée à un timing pertinent pour que son impact soit significatif. Qu’en est-il de la prise de parole de deux produits du Parti socialiste qui, tel Janus, font voir le passé et l’avenir de cette formation qui, des décennies durant, a été aux manettes de notre tropicale république.

De la Présidentielle dernière, ils donnent la lecture d’une défaite nationale et régionale. Barthélemy Dias, maire de Mermoz Sacré-Cœur, accuse le candidat de Bby, Macky Sall, via le ministre de l’Intérieur, de fraude et de hold-up électoral et Robert Sagna, ancien maire de Ziguinchor, accuse Moustapha Cissé Lô d’avoir causé leur défaite dans cette ville, en taxant de rebelles les citoyens présents au meeting d’Ousmane Sonko.

A scanner ces sorties au vitriol sur un scrutin vieux d’un peu plus d’un mois, dont les résultats semblent digérés par la population qui s’apprête à l’investiture du vainqueur, l’on se demande quel impact la plainte du jouvenceau contre le ministre de l’Intérieur et la complainte du vieillot contre El pistolero auront sur le scrutin qu’ils prétendent analyser. Sans quoi, si leur prise de parole n’obéit qu’à un primaire besoin d’existence communicationnelle, elle aura pêché dans son timing.

Et, toujours, bégaie cette constante du décalage entre les logorrhées des politiques et les attentes des populations car, si la fraude du Président et la frustration des taxés de rebelles sont avérées, le choix d’une majorité l’est tout autant pour celui qui, réélu, va jurer devant Dieu et les hommes, ce 2 avril, pour entamer un quinquennat à la tête du Sénégal.



palm
palm
palm
palm