Étude : les femmes violentées pendant l’accouchement dans les pays


Étude : les femmes violentées pendant l’accouchement dans les pays

Selon un nouveau rapport, plus d’un tiers des femmes de quatre pays à faible revenu d’Afrique et d’Asie reçoivent des gifles et sont maltraitées pendant l’accouchement dans des centres de santé.

 

L’étude publiée mercredi dans la revue médicale The Lancet indique que les femmes du Nigeria, du Myanmar, du Ghana et de la Guinée ont connu des taux élevés de césariennes et d’épisiotomies sans leur consentement – et souvent sans analgésiques.

 

« Les mauvais traitements pendant l’accouchement peuvent constituer une violation des droits de l’homme et décourager fortement les femmes de recourir à des soins de maternité en établissement », indique l’étude.

 

La nouvelle étude menée par l’Organisation mondiale de la santé a suivi plus de 2 000 femmes pendant le travail et a interrogé plus de 2 600 femmes après l’accouchement.

 

Quelque 42 % ont signalé des abus physiques ou verbaux ou de la discrimination pendant l’accouchement. Certaines femmes ont été frappées, criées dessus, grondées ou retenues de force.

 

Les femmes plus jeunes et moins instruites sont plus exposées à ces mauvais traitements, qui comprennent également la négligence de la part des agents de santé ou le recours à la force pendant les procédures, selon l’étude.

 

La plupart des abus se sont produits dans les 15 minutes qui ont précédé et suivi l’accouchement. L’étude cite des recherches qui ont révélé que « les sages-femmes et les médecins décrivent les femmes comme « non coopératives » pendant cette période.

 

Les responsables de la santé publique affirment que les mauvais traitements infligés aux femmes pendant l’accouchement semblent être mondiaux, y compris dans les pays développés.

 

Mais les pratiques sont rarement documentées et les femmes craignent souvent de signaler de telles violations. Des rapports précédents ont fait état de violences physiques à l’égard des femmes en Europe orientale y compris des cas où les femmes sont séparées de force de leur nouveau-né pendant plusieurs jours.

 

Des pratiques abusives pendant les soins maternels ont également été signalées dans toute l’Amérique latine, où le Venezuela est devenu le premier pays à légiférer contre certaines pratiques contraires à l’éthique en adoptant une loi visant à interdire ce qu’on appelle la « violence obstétrique » en 2007.

 

Parmi les 2 016 femmes observées dans la nouvelle étude, 13 % des césariennes et 75 % des incisions chirurgicales du vagin ont été réalisées sans consentement.  Dans 59 % des cas, les examens vaginaux ont été effectués sans consentement.

 

« Les jeunes femmes célibataires sont plus susceptibles de subir des examens vaginaux sans consentement », indique l’étude.

 

Sur les 2 672 femmes interrogées après l’accouchement, plus de la moitié (57 %) ont déclaré qu’on ne leur avait offert aucun soulagement de la douleur.

 

L’étude a suggéré que les femmes devraient être autorisées à avoir un compagnon de leur choix présent pendant l’accouchement. Améliorer le processus de consentement éclairé et réaménager les services de maternité figurent parmi les suggestions formulées.



palm
palm
palm
palm