Guinée Conakry : Six membres du FNDC devant la barre pour incitation à la révolte


Guinée Conakry : Six membres du FNDC devant la barre pour incitation à la révolte

Arrêtés samedi dernier, six membres du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) comparaissent devant le tribunal de première instance de Dixinn, à Conakry, ce mercredi 16 octobre. Le coordinateur national du FNDC, Abdourahmane Sanoh et ses proches collaborateurs sont poursuivis pour incitation à la révolte.

Leur mouvement qui regroupe des partis d’opposition, des syndicats et la société civile, a appelé à manifester contre le projet de reformes de la Constitution enclenchées par le pouvoir.

Selon Sanoh et ses camarades, Alpha Condé veut réviser la Constitution pour avoir un troisième mandat. Ce à quoi, ils sont foncièrement opposés.

Devant le tribunal, les membres du FNDC ont affirmé avoir fait l’objet de « torture ». Selon Guineematin, Bailo Barry de l’organisation Destin en Main a allégué avoir été mis à l’écart du groupe, dans une cellule où il ne pouvait même pas tendre ses pieds.

Revenant sur les circonstances de leur arrestation, il dira qu’ils ont été « kidnappés » par des hommes en cagoule qui les ont conduits à la Compagnie mobile d’intervention et de sécurité de Camayenne où ils ont cru qu’ils allaient être fusillés. D’après leur avocat interrogé par l’AFP, ils risquent 3 à 5 ans ferme.

Entamées le lundi 14 octobre, les manifestations contre le projet de réformes de la Constitution qui se sont poursuivies le mardi, ont fait, selon l’opposition, 07 morts, 70 blessés dont 5 grièvement. Mais le gouvernement a contesté ce bilan. Il reconnaît toutefois la mort de deux personnes, dont un gendarme à Mamou.



palm
palm
palm
palm