Sur la piste des narcotrafiquants : récit d’une saisie record de cocaïne au port de Dakar


Sur la piste des narcotrafiquants : récit d’une saisie record de cocaïne au port de Dakar

Après la saisie d’une tonne de drogue dans le port de Dakar, JA est allé mener l’enquête sur un trafic en pleine expansion malgré les progrès réalisés par les autorités ouest-africainess en matière de lutte antidrogue.

 

C’est le genre de tuyau qui ne se présente pas souvent dans une carrière. Alors, quand ils ont eu l’information, le 26 juin, les chefs de la douane du port de Dakar sont immédiatement passés à l’action.

 

Ils viennent d’apprendre qu’une importante quantité de cocaïne est cachée dans des Renault Kwid arrivées quarante-huit heures plus tôt à bord du Grande Africa, un « Ro-Ro » de la compagnie italienne Grimaldi parti de Paranagua, dans le sud du Brésil.

 

Un de leur collègue en a été informé par un « passeur de pièces », ces intermédiaires chargés de faciliter les interminables démarches d’import-export. L’homme, surnommé « Vieux Diop », lui a assuré qu’il avait été embauché pour « sortir » des téléphones portables du port.

 

Mais lorsqu’il a constaté que les sacs cachés dans les coffres des voitures contenaient des briques de poudre blanche, il a pris peur et décidé de tout avouer aux autorités.

 

Une tonne saisie en 4 jours

 

 

Une équipe est envoyée en urgence au Môle 1 du terminal, où stationnent les Renault débarquées du Grande Africa. Sur cette vingtaine de véhicules neufs en transit vers Luanda, quatre sont « infectés » : dans leurs coffres, les douaniers découvrent huit sacs de sport remplis de cocaïne.

 

Il y en a pour 238 kg. « Il y avait des traces de farine dans un cinquième véhicule, mais la marchandise avait disparu », confie une source douanière. La prise est tout de même importante. D’autant qu’elle débouchera sur une seconde



palm
palm
palm
palm