Réhabilitation Karim : Le Sénégal avait déjà envoyé une note à l’ONU


Réhabilitation Karim : Le Sénégal avait déjà envoyé une note à l’ONU

L’Etat du Sénégal aurait-il envisagé de rejuger Karim Wade. En tout cas, c’est ce que semble dire Jeune Afrique. Selon le magazine, le Sénégal aurait envoyé une note au comité en vue d’une réhabilitation de l’ancien ministre avant que le Directeur des droits de l’homme, Moustapha Ka, ne confirme.

 


« Au début de 2019, dans une note verbale adressée au comité des droits de l’homme de l’Onu, le Sénégal envisageait déjà le scénario d’un nouveau procès ainsi que celui d’une indemnisation de l’ancien ministre dont un groupe de travail onusien avait estimé la détention arbitraire », révèle le magazine.

 


Une position officialisée les 14 et 15 octobre, adressée un an plus tôt au pays pour avoir enfreint le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Selon Jeune Afrique, le Sénégal aurait répondu favorablement.

 

« Le Sénégal ne refuse pas d’indemniser Karim Wade » à condition que celui-ci se rapproche de la juridiction compétente pour « déterminer l’ampleur du préjudice », a indiqué le directeur des droits humains au ministère sénégalais de la Justice. Dans ses déclarations, la délégation a par ailleurs ajouté que « le Sénégal est conscient de la nécessité de revoir et de modifier l’ensemble des juridictions qui ne prévoient pas de recours », ouvrant implicitement la voie à une révision. 
À peine, 24 heures après la déclaration de Moustapha Ka, le ministère des Affaires étrangères a sorti un communiqué pour démentir l’information.

 

« Contrairement aux allégations relayées par la presse en ligne, la délégation sénégalaise n’a, en aucun cas et sous quelque forme que ce soit, pris des engagements allant dans le sens d’une « réhabilitation » de Monsieur Karim Wade, ou d’une « réparation » d’un « préjudice » qu’il aurait subi », a précisé un communiqué du ministère dirigé par Amadou Bâ, balayant ainsi des informations jugées « dénuées de tout fondement et relèvent de la méconnaissance des procédures du droit sénégalais et des positions antérieurement et clairement exprimées par le Sénégal sur la question. »

 

Seydi Gassama, Directeur de Amnesty international/Sénégal s’est exprimé sur le sujet dans l’émission Jury du dimanche, ce 20 octobre. Pour lui, les réponses données par Moustapha Ka, sont exactement celles qu’auraiit donné un état responsable. Et plaide, à son tour, pour la révision d’un procès de l’ancien ministre.



palm
palm
palm
palm