Des scientifiques vont bientôt développer un utérus artificiel pour les prématurés


Des scientifiques vont bientôt développer un utérus artificiel pour les prématurés

Des chercheurs de l’Université de technologie d’Eindhoven, aux Pays-Bas, ont reçu une subvention du programme européen Horizon 2020 pour les technologies futures et émergentes de près de 3 millions d’euros pour développer un utérus artificiel.

 

Ces chercheurs néerlandais affirment qu’ils sont à 10 ans de mettre au point un utérus artificiel qui pourrait sauver la vie des bébés nés prématuremment.

 

La naissance prématurée, avant 37 semaines, est globalement la plus grande cause de décès chez les nouveau-nés.

 

Déjà en cours de développement, le dispositif permettrait de remplacer l’incubateur et le système de respiration artificielle. Notamment, en cas de naissance prématurée, l’utérus artificiel sera un substitut adéquat à l’environnement protecteur de l’utérus maternel.

 

Contrairement aux incubateurs actuels, l’utérus artificiel serait semblable aux conditions biologiques, le bébé étant entouré de liquides et recevant de l’oxygène et des nutriments par un placenta artificiel connecté à son cordon ombilical.

 

Les bébés prématurés peuvent avoir plus de problèmes de santé ou avoir besoin de rester dans les unités de soins intensifs néonatals (USIN), qui soutiennent leur fonction cardiorespiratoire et leur développement à terme.

 

Malgré les progrès de la médecine, pour les bébés avec une extrême prématurité, les unités de soins néonatals ne sont pas un substitut adéquat à l’environnement protecteur du ventre maternel.

 

Dans le cadre de ce projet, les scientifiques ont envisagé une solution sous forme d’utérus artificiel, où l’environnement intra-utérin peut être protégé de façon extra-corporelle en transférant le bébé prématuré dans un système de survie périnatal.

 

Cela aidera les organes fœtaux à se développer davantage jusqu’à ce qu’ils atteignent la maturité. Avec la solution de survie périnatale, l’apport d’oxygène et de nutriments serait maintenu par le cordon ombilical fœtal relié à un placenta artificiel.

 

Un environnement à base de liquide favorisera la physiologie cardiorespiratoire fœtale et évitera les effets négatifs de la ventilation par air sur les poumons sous-développés du nourrisson.

Les scientifiques visent à mettre au point et à valider le système de maintien des fonctions vitales périnatales à l’aide d’une technologie de simulation révolutionnaire.



palm
palm
palm
palm