Smartphones, MP3… L’OMS tente de lutter contre les volumes trop élevés


Smartphones, MP3… L’OMS tente de lutter contre les volumes trop élevés

Smartphones, MP3… L’OMS tente de lutter contre les volumes trop élevés

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) tire la sonnette d’alarme : environ 50% des jeunes de 12 à 35 ans, soit 1,1 milliard de personnes, risquent à terme de souffrir de pertes auditives à cause « d’une exposition prolongée et excessive à des sons forts » de smartphones ou de lecteurs MP3.

Cette inquiétude l’a amené à émettre une règlementation non contraignante sur le volume sonore de ces appareils audio. « Etant donné que nous disposons du savoir-faire pour prévenir les pertes auditives, il ne devrait pas y avoir autant de jeunes gens qui continuent d’endommager leur audition en écoutant de la musique », a ainsi souligné son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le problème est loin de concerner uniquement les 12-35 ans puisque 466 millions de personnes (dont 34 millions d’enfants), soit 5% de la population mondiale, souffrent de pertes auditives – sans que l’OMS puisse déterminer quel pourcentage est lié à cet usage des appareils audio.

Un système d’alerte en cas de danger

La nouvelle norme élaborée par l’Organisation mondiale de la santé, avec l’Union internationale des télécommunications (autre agence de l’ONU), recommande en tout cas aux fabricants de smartphones et de lecteurs audio d’inclure des systèmes permettant d’évaluer les risques liés au volume. Ceux-ci doivent permettre d’informer l’auditeur du niveau sonore, de la durée d’écoute, et de l’alerter en cas de danger.

Ces systèmes permettraient d’informer l’usager sur le niveau sonore et sur la durée d’écoute et de les alerter en cas de danger. « Pour l’instant, nous n’avons que notre instinct » pour savoir si le volume sonore est trop élevé, a ainsi déploré Shelly Chadha, médecin de l’OMS.

 

 

 

 

 

 

 

20minutes

A Propos de l'auteur



palm
palm
palm
palm