Uemoa : La production industrielle en hausse de 5,8% en juillet


Uemoa : La production industrielle en hausse de 5,8% en juillet

L’indice de la production industrielle, corrigé des variations saisonnières (CVS), a poursuivi sa tendance haussière entamée en avril dernier, en augmentant de 5,8% en juillet 2019, après un accroissement respectif de 3,2% et 2,8% en juin et mai 2019.

 L’évolution de l’activité industrielle tient à la hausse notée au niveau des industries manufacturières et des activités extractives, atténuée par la baisse de la production d’énergie.

D’après la note mensuelle de conjoncture économique dans les pays de l’Uemoa en fin juillet 2019, l’accroissement des activités manufacturières est attribuable essentiellement à la hausse de la production des produits alimentaires, des autres produits minéraux non métalliques et du caoutchouc et matières plastiques, ainsi que du redressement de la fabrication des produits chimiques. La baisse des produits pétroliers raffinés et des produits métallurgiques de base a tempéré la tendance.

Le renforcement des activités manufacturières a été noté au Niger, au Mali, en Côte d’Ivoire et au Bénin. Toutefois la baisse des activités manufacturières au Burkina a amoindri le profil haussier de la production manufacturière. Au Togo, renseigne la source,  l’activité manufacturière a poursuivi sur sa tendance haussière, mais à un rythme plus faible.

Au Sénégal et en Guinée-Bissau, la baisse est ressortie moins importante. Quant à la hausse de la production des activités extractives, elle est essentiellement imputable à celle de l’extraction de pétrole brut et de gaz naturel en Côte d’Ivoire et au Niger et des minerais métalliques au Burkina, au Mali et au Sénégal.

La baisse de la production d’uranium et de thorium au Niger et des autres minerais au Togo a exercé un effet modérateur sur la dynamique des activités extractives. La baisse de la production d’énergie est essentiellement liée à celle d’électricité.

Le repli de la production d’électricité est principalement noté au Togo, au Burkina, au Sénégal et au Bénin, atténué par la hausse observée dans les autres pays. La baisse de la production d’eau, localisée au Togo, au Sénégal, au Burkina, en Guinée-Bissau et au Mali a renforcé le profil baissier.

En glissement annuel, le rythme de progression de la production industrielle s’est accru, passant de 5,7% en juin 2019 à 6,3% en juillet 2019, tiré essentiellement par les activités de fabrication des produits alimentaires et de caoutchouc et matières plastiques, ainsi que celles d’extraction de pétrole et de gaz naturel et de raffinage des produits pétroliers. Cette tendance a été atténuée par le ralentissement de la production d’énergie et la baisse des produits chimiques et métallurgiques de base.

 Redressement de l’activité des BTP

Au cours du mois de juillet 2019, l’enquête auprès des chefs d’entreprise fait état d’un redressement de l’activité dans le secteur des bâtiments et travaux publics (BTP), en relation avec la diminution des interruptions des chantiers, l’augmentation des nouveaux travaux et l’amélioration des conditions d’approvisionnement.

En outre, le nombre de reprises de chantiers a rompu avec sa tendance baissière. La reprise du mois de juillet, caractérisée en outre, par la hausse du chiffre d’affaires dans les travaux publics, a été ralentie par le renchérissement de l’exploitation et la persistance des déficits antérieurs.

A cet effet, la trésorerie des entreprises du secteur est ressortie déficitaire. Malgré l’amélioration observée en juillet, le moral des entreprises du secteur est demeuré en dessous de la moyenne de long terme, à 99  points, traduisant que l’activité économique dans les BTP demeure en phase de contraction.

Par rapport à la même période de l’année précédente, le volume de l’activité a augmenté dans le compartiment des bâtiments. La hausse de l’activité, d’une année à l’autre, a concerné l’ensemble des pays de l’UEMOA, à l’exception du Mali, du Sénégal et du Togo. Dans ces derniers pays, l’activité des bâtiments est en net recul.



palm
palm
palm
palm